Humour-ironique-et-mélancolie-philosophique-de-Ragnar-Kjartansson-au-MAC-#EventFC-rk_the_visitor_elisabet_davids08

Humour ironique et mélancolie philosophique de Ragnar Kjartansson au MAC #EventFC

Jusqu’au dimanche 22 mai 2016, Fibres Collectives vous invite au Musée d’art contemporain de Montréal pour plonger dans l’univers d’humour ironique et de mélancolie philosophique de Ragnar Kjartansson.

Ragnar Kjartansson, fils de comédiens-dramaturges, a lui-même exercé le métier de technicien de spectacle, est fasciné par le théâtre, notamment par les coulisses et l’idée de la répétition, de la reprise. Ce sont là les véritables motifs dans les œuvres de Kjartansson.

Humour-ironique-et-mélancolie-philosophique-de-Ragnar-Kjartansson-au-MAC-#EventFC-rk_the_visitor_elisabet_davids09

Ragnar Kjartansson, The Visitors, 2012 (arrêt sur image) Projection vidéo haute définition à neuf canaux Dimensions variable Durée : 64 minutes Son : Chris McDonald Vidéo : Tómas Örn Tómasson © Ragnar Kjartansson; Avec l’aimable permission de l’artiste, Luhring Augustine, New York, et i8 Gallery, Reykjavik. Photo : Elísabet Davids

Pour la première exposition d’envergure au Canada, l’artiste islandais allie musique, théâtre, performance, arts plastiques et cinéma dans trois œuvres aux tonalités romantiques qui se déploient dans le temps.

On vous propose de commencer avec A Lot of Sorrow. Une vidéo de six heures a été filmée durant une performance qui a été conçue par Kjartansson et exécutée par The National. Pour cet événement, faisant partie des Sunday Sessions du MoMA PS1 en mai 2013, The National a exécuté sa chanson de 3 min 35 s Sorrow en direct sur scène, sans arrêt pendant six heures. Pendant que le groupe s’exécute, on peut apercevoir Kjartansson dans le rôle d’un machiniste, montant à l’occasion sur scène pour donner à boire et à manger aux musiciens.

_MG_0767_sebastien_roy

Vous passerez à la deuxième installation avec World Light – The Life and Death of an Artist, 2015. Cette oeuvre rend hommage à la figure de l’artiste maudit et à son insatiable quête de beauté. Une exposition tenue à Vienne, intitulée The Palace of the Summerland, a donné à Kjartansson l’occasion de transformer une galerie en studio de cinéma pour y tourner des scènes de Lumière du monde, roman épique de l’écrivain islandais Halldór Laxness. Une oeuvre est plus hermétique pour les non-initiés. Pour mieux apprécier cette oeuvre, on vous conseille de lire les références ci-dessus.

_MG_0682_sebastien_roy

Et la pièce maîtresse de l’exposition montréalaise, The Visitors, 2012. Une installation vidéo à neuf canaux qui s’appuie sur une performance musicale mise en scène, dans l’État de New York, à Rokeby Farm, un manoir du 19e siècle. Des musiciens interprètent Feminine Ways, un long poème tendre et envoûtant. Chacun joue isolément de son instrument dans une pièce séparée ; vous vous trouvez ainsi à circuler en plein cœur de cette séance d’enregistrement d’une ode à l’amitié. Pour apprécier pleinement l’univers de Ragnar Kjartansson, on vous recommande fortement de vive l’oeuvre dans son entier de 64 minutes. Vous en ressortiriez avec le coeur reposé et l’esprit rempli d’inspiration.

_MG_0903_sebastien_roy

Avant de quitter le musée, vous devrez absolument repasser à A Lot of Sorrow pour déceler des détails qui diffèrent à votre premier contact avec cette oeuvre. Les heures ont passé et la fatigue commence à s’installer, les musiciens modifient subtilement la chanson, expérimentant tout en faisant en sorte que l’air original demeure reconnaissable.

Humour-ironique-et-mélancolie-philosophique-de-Ragnar-Kjartansson-au-MAC-#EventFC-klang_do1_7401g_adobe

Ragnar Kjartansson et Kjartan Sveinsson, Les Sonorités explosives de la divinité / Der Klang der Offenbarung des Göttlichen, 2014 Théâtre Volksbühne am Rosa-Luxemburg-Platz, Berlin, Allemagne. Performance de la German Film Orchestra Babelsberg et du Film Choir Berlin. Photo : Thomas Aurin Avec l’aimable permission de l’artiste et Luhring Augustine, New York; i8 Gallery, Reykjavik

En terminant, inspiré par l’univers de Ragnar Kjartansson, FC a pour vous un outfit pour assister à Les Sonorités explosives de la divinité. Comme les rideaux du Théâtre Maisonneuve, on vous propose la jupe drapée Pasha de Jennifer Glasgow, porter avec le chic chandail Elly 3D de Vaiken. Pour résister au froid québécois ou islandais, il vous faut le foulard tube de Maillagogo et le manteau Carolina de Marilyne Baril. On agence les bottes d’Aldo avec la pochette Envy de Kilani. Vous complétez votre look avec les boucles d’oreilles Quartz de Noémiah, le bracelet de Sonia Bandulet et la bague Chevron en argent de l’ Atelier L.A.F.

Humour ironique et mélancolie philosophique de Ragnar Kjartansson au MAC #EventFCSource : Polyvore

En effet, le jeudi 3 mars 2016, à 20 h, au Théâtre Maisonneuve, en première Nord-Américaine et pour un soir seulement, le MAC vous invite à une production musicothéâtrale de 50 minutes. Sur une musique de Kjartan Sveinsson, ancien claviériste du groupe Sigur Rós, Les Sonorités explosives de la divinité est un drame d’un grand romantisme, sans personnage autre que le paysage islandais qui a inspiré les immenses toiles défiantes peintes par l’artiste et ses amis à Reykjavik, est interprété par 39 musiciens et 16 choristes de l’Orchestre Métropolitain. Hommage à la scénographie du théâtre traditionnel, cette pièce témoigne de l’inventivité de Kjartansson et s’inscrit dans une suite de créations inspirées du roman Lumière du monde de Halldór Laxness.

Les billets de cette soirée unique sont actuellement en vente à la billetterie de la Place des Arts.

Photos vernissage : sebastienroy.ca
Photo d’en tête : macm.org

Laisser un commentaire