pexels-photo-259756

L’économie circulaire

La tendance à la production et la consommation responsable s’est accentuée au Canada lors de ces cinq dernières années. Une étude faite en 2012 par l’institut de consultation québécoise Ellio intitulée “Life Cycle Analysis and Ecodesign Innovation & Sustainability”, démontre qu’il y a un grand intérêt pour l’industrie textile canadienne à éduquer les consommateurs dans la sphère environnementale pour acquérir un avantage compétitif.

 

Selon l’étude, 92 % des entreprises qui ont incorporé des notions de valorisation environnementale dans leur entreprise telle que l’éco-design, ont augmenté leurs profits. Cette tendance va donc dans le sens du concept d’économie circulaire.

L’économie circulaire peut se décliner à travers sept logiques de production et de consommation – Partage sur Twitter

 

Les principes

L’économie circulaire peut se décliner à travers sept logiques de production et de consommation complémentaires qui, combinées, prennent sens et se renforcent mutuellement :

 

Approvisionnement durable : élaboration et mise en œuvre d’une politique d’achats responsables (sélection des fournisseurs sur des critères environnementaux et/ou sociaux)

 

Écoconception : démarche qui consiste à diminuer, dès sa phase de conception, les impacts environnementaux d’un produit ou d’un service tout au long de son cycle de vie.

 

Fonctionnalité : privilégie l’usage à la possession et tend ainsi à vendre des services liés aux produits plutôt que les produits eux-mêmes.

 

Consommation responsable : consommation raisonnée et orientation de ses choix de produits en fonction de critères sociaux et écologiques.

 

Allongement de la durée d’usage : par le recours au réemploi (via le don ou la vente d’occasion), à la réparation et à la réutilisation.

 

Recyclage : traitement et valorisation des matières contenues dans les déchets collectés.

 

Ecologie industrielle et territoriale : recherche de synergies éco-industrielles à l’échelle d’une zone d’activités ; les déchets d’une entreprise pouvant devenir les ressources d’une autre.

 

Mode + économie circulaire = mode circulaire

Ce concept repose sur les principes fondamentaux de l’économie circulaire et concerne tout le cycle de vie du produit : de la conception à l’approvisionnement jusqu’à la fin de vie du produit.

La « mode circulaire » peut se définir par des vêtements, des chaussures et des accessoires conçus, fournis, produits et fabriqués dans l’intention d’être utilisés et de circuler (idéalement plus qu’un fois) de manière responsable et utile dans la société aussi longtemps que possible sous leur forme la plus précieuse et, ensuite, revenir en toute sécurité dans la biosphère lorsqu’ils ne sont plus utilisés. (Dr Anna Brismar, 2017, plus d’infos sur le site circularfashion.com)

 

La mode circulaire au Québec

Au Québec, ce modèle commence à être exploité. Par exemple avec le feutre industriel CHROMA, celui-ci est fabriqué à partir de vêtements recyclés, grâce à un tri minutieux, il est possible d’obtenir des feutres industriels de couleur, sans ajout de teinture, entièrement produits dans la région. Il existe aussi l’entreprise Station service qui privilège la location de vêtements.

 

Par exemple Ethik Eco-Design Hub font la promotion de ce principe aux marques, aux détaillants et aux consommateurs à travers différents éco-ateliers et formations.

Bien qu’il s’agisse d’un concept récent, l’économie circulaire rassemble des activités déjà bien ancrées dans les territoires. C’est avant tout un concept mobilisateur qui permet de repenser nos modes de production et de consommation et qui englobe des activités déjà bien développées (réutilisation, recyclage etc.) et des démarches plus récentes (écologie industrielle, écoconception). L’économie circulaire n’est donc pas un effet de mode !

Laisser un commentaire