Pink-Tax--qu'est-ce-que-c'est--#OpinionFC

« Pink Tax » , qu’est-ce que c’est ? #OpinionFC

Ils achètent les mêmes choses, pourtant, le montant de leurs factures diffère. Chez lui, il semble raisonnable. Chez elle, on parle d’une somme beaucoup plus salée. Du shampoing au déodorant, de la coupe de cheveux à la lame de rasoir, du t-shirt à la paire de jeans, les articles pour femmes sont plus dispendieux que ceux pour hommes. La « taxe rose », qui désigne l’écart entre le prix d’un bien dédié à l’homme et celui dédié à la femme, crée nombreux remous.

Des prises de conscience partout dans le monde
En décembre dernier, le Départment of Consumer Affairs (DCA) rendait publique la première étude du prix de produits en fonction du sexe du destinataire à New York. Le but : estimer la différence entre le prix de produits (de même type) dédiés à l’homme et leurs versions féminines. C’est donc en analysant cinq industries que le DCA arrive à une conclusion : les femmes paient en moyenne 7% de plus que les hommes pour des produits similaires. Du côté des vêtements, elles paient 8 % de plus.

http://www.sfgate.com/news/article/gender-pricing-men-women-New-York-City-6717967.php#photo-9154895

En Californie, on reconnait depuis longtemps l’existence de cette dite « taxe rose ». Depuis 1995, une loi interdit la discrimination en matière de prix en fonction du sexe du consommateur. Malheureusement, celle-ci ne s’applique que sur les services.

Au Québec, aucune réglementation n’est en vigueur.

En France, un groupe féministe, Le Collectif Georgette Sand, dénonce l’existence d’une taxe rose suite à différentes investigations menées par l’industrie médiatique.

Une industrie particulièrement touchée
Vous l’aurez deviné, l’industrie de la mode se voit particulièrement touchée. Chez les basics, un t-shirt blanc en coton est nettement plus dispendieux du côté des rayons pour femmes que ceux pour hommes, pareil pour ce qui est de la paire de jeans.

https://www.businessoffashion.com/articles/intelligence/why-fashi
L’industrie du luxe ne fait pas exception : une femme peut payer jusqu’à $1000 de plus que l’homme pour un morceau similaire, voire, identique.
ons-pink-tax-means-women-pay-more

Une investigation chapeautée par BoF révèle que Saint-Laurent serait l’une des marques où l’écart est le plus grand. La maison de couture, une des plus influentes au monde, déclare que la politique de l’entreprise est de proposer des prix similaires aux hommes et aux femmes. Qu’est-ce qui explique qu’une femme peut payer jusqu’à 1000$ de plus pour un pull très similaire à la version pour homme offerte? Les vêtements et accessoires pour femmes demandent un plus grand travail de confection.

https://www.businessoffashion.com/articles/intelligence/why-fashions-pink-tax-means-women-pay-more

Vous remarquerez qu’Alexander Wang est la seule marque où les collections pour hommes sont quelque peu plus chères que celles pour femmes. Pourquoi? Simple : il faut plus de tissu / matière pour fabriquer un vestiaire masculin.


VOUS AIMERIEZ AUSSI NOS PRODUITS UNISEXES


 

Une taxe bien réelle
Bien que la « taxe rose » désigne principalement le fait que les femmes paient plus cher que les hommes pour un même produit, une taxe bien réelle existe. Aux États-Unis et dans l’Union européenne, les prix de certaines catégories de produits, vêtements compris, dépendent du consommateur visé. D’ailleurs, le Mosbacher Institute for Trade, Economics and Public Policy de la Bush School a publié une étude de laquelle nous apprenions que le taux tarifaire sur le prêt-à-porter féminin aux États-Unis était en moyenne de 15,1 % alors que chez le prêt-à-porter masculin, celui-ci était de 11,9%.

Définitivement, il y a là discrimination, mais le phénomène est trop large pour pouvoir dessiner une tendance précise. En attendant de remédier à la situation, mesdames, n’hésitez pas à magasiner du côté des garçons, surtout lorsque vous faites le plein d’items de base.

Photo d’en tête : money.cnn.com

Laisser un commentaire